Comment ne pas développer une sensibilité artistique et photographique dans cette ville magique du sud de la France ? C’est à Arles que j’ai cultivé ma passion pour la photo. Les rencontres photographiques n’y étaient pas un hasard. 


La vie est un roman ! Au début il y a des pages blanches, à la fin il y a de beaux chapitres, de belles histoires et de belles rencontres. J’ai donc eu la chance de rencontrer un magicien de la photo : Lucien Clergue.


Dans la suite des chapitres, je me suis retrouvée à Paris. J’ai eu une autre chance de rencontrer Pierre Anthony Allard, l’un des plus grands portraitistes du monde. Je me perfectionne dans la photo en devenant son assistante et collabore pour des studios photos parisiens. Nous continuons de travailler ensemble et aujourd'hui nous sommes amis.


Pierre Anthony m'a appris la technique du rendu par la lumière. De cette lumière si particulière, la lumière cinéma, se dégage une sensualité et un résultat remarquable. Chaque photographe apporte sa propre touche. J’essaye d’y apporter la mienne sur chacune d’entre elles. 


Avec ces rencontres, ces expériences, comment ne pas continuer à faire de la photographie un joli roman. Le roman de ma vie. 
C’est dans la capitale que je rencontre des stylistes, des maquilleurs et coiffeurs professionnels. Ces rencontres se transforment souvent en collaboration. J’aime la photo de mode et j’ai une relation très forte pour le portrait.

 

                         « Tout portrait se situe au confluent d’un rêve et d’une réalité ».

                                                                                                   Georges Perec. 

 

                                                                                                                                                                     

                                                                                                                                                                                                                                                            Texte : Nicolas Tarnaud